Imprimer la pagelenvoyer à un ami

Expérience internationale unique, Elodie a réalisé un stage agricole à l’étranger pour une destination peu commune à Moscou dans un Centre de recherche en production végétale. Pourquoi pas tenter de suivre les chemins d’Elodie.



Moscou pour destination

L’université agricole Timiriazev de Moscou est un établissement ancien, qui a été créé dès la deuxième moitié du XIXème siècle. Elle regroupe aujourd’hui plusieurs facultés spécialisées dans les différents domaines de l’agriculture, qu’il s’agisse de production végétale ou d’élevage. Forte de son histoire, elle est aujourd’hui l’une des universités agricoles les plus réputées de Russie et a des liens avec de nombreux pays du monde.
Juste à côté de ses bâtiments de cours et administratifs, l’université possède, dans Moscou même, plusieurs terrains agricoles conséquents - champs de céréales, de légumes, vergers, serres, étable, ruches – qui servent à la fois de lieu d’expérimentations scientifiques et de stage pour les étudiants.

Mon stage s’est déroulé à la station-laboratoire de maraîchage de l’université, un complexe qui comprend plus d’une vingtaine de serres ainsi que quelques champs. Y sont cultivés à la fois des légumes, des baies (fraises, framboises, mûres…), des fleurs et des arbustes. Des activités de recherche scientifique, notamment de sélection et d’élaboration de nouvelles variétés, sont menées dans certaines serres et certains champs ; d’autres serres sont consacrées à la culture de légumes et de plants pour la vente, celle-ci se faisant essentiellement à des particuliers.
J’ai le plus souvent travaillé dans la serre où ont lieu la préparation et la vente de plants de légumes et de baies. Mes tâches y consistaient en un travail d’ouvrier agricole : je préparais des plants, essentiellement de baies, pour la vente (préparation des pots, Stage agricole en Russie repiquage, transplantation) et participais à leur entretien (arrosage, arrachage des mauvaises herbes, de la mousse, taille des feuilles anciennes et malades, des stolons). Il m’est également arrivé de faire un travail similaire dans des serres où sont cultivés des plants de fleurs.

Les enseignements que je peux tirer de cette expérience au sein de l’université agricole de Moscou sont les suivants. Tout d’abord, n’ayant auparavant jamais travaillé dans le maraîchage ni dans des serres et n’ayant pas la moindre formation ni connaissance dans ce domaine, j’ai appris différentes choses en matière de variétés de légumes et de baies et de culture de plants en serre. D’un autre côté, j’ai plusieurs fois regretté de ne pas avoir déjà travaillé dans un lieu semblable en France, car ceci m’aurait permis de comparer les méthodes et les techniques de culture, ce qui aurait pu, je pense, être intéressant.
En matière linguistique, ce stage a constitué pour moi une bonne occasion de pratiquer le russe et d’améliorer ma connaissance de la langue, notamment en ce qui concerne le vocabulaire agricole. Ca m’a été à la fois agréable et intéressant de discuter avec les personnes, étudiants ou employés à l’année, avec lesquelles je travaillais dans les serres.
Enfin, cette expérience moscovite m’a permis de confirmer plusieurs idées que je me faisais sur mes goûts et mes centres d’intérêts. En premier lieu, travailler comme ouvrier agricole dans une serre ne me plaît pas particulièrement, étant donné qu’il ne s’agit pas d’une activité qui se déroule à l’extérieur, dans la nature. Par ailleurs, le maraîchage et l’horticulture m’intéressent moins que l’arboriculture. J’apprécie en revanche le contact, l’échange avec les gens : au cours de mon stage, il m’est arrivé à quelques reprises de remplacer pour une courte durée les vendeurs, et c’était pour moi un plaisir de servir et de discuter avec les clients, qui plus est en russe. Dommage que je fusse rarement capable de les conseiller et de répondre à leurs questions sur les différentes plantes et variétés !

Elodie Challéat - 2012

Station de recherche à Moscou

L’université agricole Timiriazev de Moscou. Osez des destinations peu communes pour l’’expérience humaine et bien sûr professionnelle.