Les stagiaires ou autres profils nous livrent leurs impressions sur leurs expériences agricoles à l’étranger...

Sur cette page, vous avez un premier volet consacré aux expériences agricoles puis plus loin un ensemble de témoignages en chambres d’hôtes ou auberges de jeunesse (mobilité et séjours linguistiques...).



stages agricoles divers

Participation à l’émission du Programme de France 3 "Les Pieds sur Terre "CLIC" en présence d’Henri Nallet, ancien ministre de l’agriculture.

- Romain - Vinification - Orégon - USA - 2017

Tout se passe bien ici, que se soit le travail ou les personnes rencontrées, l’expérience est a la hauteur de mes attentes, enrichissante et passionnante.
Les derniers raisins sont arrivés ces jours-ci, mettant fin à 6 semaines pour le moins intenses mais qui se sont toutefois déroulées dans une excellente ambiance.

- Guillaume - Grandes cultures - USA - 2017

Guillaume, jeune breton, nous fait part de son expérience sur les récoltes. Les conditions climatiques deviennent rudes. Guillaume termine son séjour dans l’exploitation avant de partir sur le projet à l’université à partir de janvier avec le programme MAST. De belles rencontres en perspectives avec les différents participants des 4 coins de la planète. Présent pour la plupart à la préparation linguistique de février dernier, on peut dire que le groupe de jeunes français a faire preuve de professionnalisme et d’une attitude exemplaire. C’est très apprécié dans le réseau des maîtres de stage et par le partenaire. Félicitation à tous !
Salut Jean Marie, pour ma part, ça va bien ! Il commence à faire sérieusement froid dans le Dakota du Nord ! Les températures descendent aux alentours de -10, -15° la nuit et on a eu nos premières chûtes de neige. Par endroit on a de la neige pratiquement jusqu’au genoux ! Malgré cela, les récoltes ne sont pas terminées, il nous reste un peu plus de 200 ha de maïs à battre. La neige ne devrais pas trop nous embêter, tant qu’il n’y en a pas sur les épis. Par contre cela va peut être compromettre les travaux du sol d’après récolte car la neige n’est pas partie pour fondre. Autrement les autres récoltes se sont très bien déroulées. On n’a pas eu de pluie pendant plus d’un mois, ce qui nous a permis de récolter les betteraves, le soja et les pintos bean dans des conditions exceptionnelles avec beaucoup de poussière. La récolte des betteraves nous a pris 15 jours, c’est très éprouvant physiquement.
La fin de la première partie du séjour se fait sentir, il n’y a plus grand chose à faire sur les exploitations, encore moins avec la neige. On est en train de planifier nos vacances du mois de décembre. Mais on est également à la recherche d’un logement et d’un travail pour le semestre à l’université.

- Baptiste - Grandes cultures - USA - 2017

Tout se passe bien. Super expérience en compagnie de Guillaume, avec qui je loge, Edouard et Clement. Tom est très sympa, je mange avec eux tous les midi.

J’ai pu toucher à tout sur l exploitation : déchaumage, semoir, camion, transbordeur moissonneuse et entretien et révision du matériel dans l’atelier dans les périodes creuses. La ferme est plutôt petite pour la région,2200 acres, nous sommes trois avec le fils de Tom, Kevin du coup mon travail est tres varié et intéressant. Les moissons sont finis depuis 3 semaines et le travail du sol touche à sa fin.

25 cm de neige sont tombés ce week-end et la météo annonce -15 cette semaine. Cela contraste avec les mois d été à 35 degrés.

Pour Décembre nous pensons partir sur la côte Ouest puis la côte Est après avoir visiter le Nord Ouest en Juillet.

- Clément - Grandes cultures et bovins viande - Canada en Alberta - 2017

Ici tout va bien encore, j’ai pris l’ensemble de mes vacances. Je suis partis avec Aymeric mi-juillet en Colombie Britanique, vraiment magnifique ! Et j’ai été avec les filles de mon patron au festival de country BVJ.

La saison d’ensilage va reprendre d’ici 15 jours 3 semaines. Ici c’est encore humide ! c’est rare d’avoir 1 semaine de beau consécutive !

Je pense que mes patrons sont contents de moi. Je sais pas si tu as eu de leurs nouvelles.

La fin approche à grand pas. Plus que 2.5 mois.

- Elodie - Transformation fromagère de lait de brebis - Canada - 2017

Tout vas bien pour moi. Je suis en train de réfléchir à une solution pour rester plus longtemps au canada car je voudrais améliorer mon anglais encore plus.

Je vais devoir me trouver une chambre quelque part puisqu’en septembre je ne pourrais plus séjourner chez ma patronne et j’ai appris qu’une française arrive en octobre. J’imagine qu’elle viens de la même association. J’ai pu voyager un petit peu mais pas très loin car je manque de temps pour voyager vu la grandeur du pays. J’ai quand même vu les chutes du niagara récemment et c’était incroyable.

- Marie Laure - Production porcine - Nouvelle Zélande - 2017

Je pense avoir fini ma période d’adaptation. Cela va faire un mois que je suis en NZ...et le style de vie me branche.

La famille est très sociable, m’interroge sur la technique française agricole, et sur la vie en générale. Leurs enfants sont débordants d’énergie, et apparemment je vais devenir leur prof de la langue française. Ils parlent allemand et anglais. Bon échange linguistique en vue...

Le travail est très physique, très prenant, et surtout très différent...mais avec la magnifique vue des montagnes que j’ai tous les jours (bon...sauf quand il ne pleut pas), tout ceci n’est que détail.

Je fais de mon mieux, comme je peux...comme dans mes précédents postes en porcherie, et dans la vie de tous les jours... J’apprends des nouvelles choses, les salariées prennent le temps de m’expliquer, et veulent que je me sente bien au travail.

Alister trouve que j’ai un bon anglais, il souhaite que je parle beaucoup plus...chose sur laquelle je travaille.

Le 29 Juillet, je me suis rendue à Christchurch, pour voir la demie-finale du Super Rugby, avec Alister. J’y est rencontré ses potes. Je suis extrêmement contente d’avoir vu un match de rugby, moi étant grande supportrice des All Black. Bon...il faisait vachement froid quand même...mais bref c’était cool 😊.

Ses amis m’ont dit que la NZ en été, c’est mieux, donc on verra...

- Laetitia - Bed and Breakfast - Irlande - 2017

De mon côté, tout se déroule à merveille. Abbie est très agréable, et les paysages sont splendides. La charge de travail n’est pas trop importante, ce qui me laisse la possibilité de sortir pour faire diverses activités.
Et, mon anglais s’est déjà bien amélioré.
Je suis très satisfaite de mon séjour trouvé grâce à vos services.

- Aymeric - Grandes Cultures - Canada en Alberta - 2017

J’ai fini mes vacances il y a une semaine maintenant. J’ai pu visiter une grosse partie de la cote ouest avec Loic et Emilien qui étaient a la formation linguistique.

En ce qui concerne le travail, les semis furent une periode très intense du au retard pris par les neiges tardives, et maintenant on va commencer la moisson dans moins d’une semaine, on a commencé à traiter les pois au réglone. La deuxième forte période de travail est proche.

La relation avec la famille se passe très bien depuis le début, mon anglais est de mieux en mieux mais il reste deja plus que de deux mois et demi.

- Edouard - Grandes Cultures - USA 2017

Le stage se passe tres bien, après avoir effectué les semis j’ai eu l’opportunité de découvrir le Nord-Ouest des US en 15 jours avec mes camarades français.

Nous sommes actuellement dans la récolte de ray-grass sur l’exploitation. Les récoltes du lin, du colza, du blé, du soja, et du tournesol viendront par la suite.

Stage agricole aux Pays Bas - Thomas - Production laitière - Pays Bas 2017

Je vous envoie ce mail afin de vous informer de mon retour en France après une expérience magnifique de 11 mois aux Pays-Bas. Merci de m’avoir trouver cette adresse, j’ai appris énormément et cela me servira pour les années à venir.

- Valentin - Brebis laitières et transformation fromagère - Ecosse 2017

Tout va très bien de mon côté, l’arrivée sur la ferme s’est bien passée, la famille et l’équipe sont vraiment top. Les agnelages sont terminés et aujourd’hui le 1er groupe d’agneaux est parti ce qui allège un peu les journées et me permet d’avoir plus de temps libre pour explorer le pays !

- Kenan - Grandes Cultures - USA 2017

Wheat harvest in USA Mon séjour se passe superbement bien. La famille et les salariés sont vraîment sympas.

Ensuite au niveau de l’exploitation je ne pouvait pas trouver mieux car le travaille est varié et surtout étant passionné par la culture de pomme de terre j’apprends énormément.

Bref tout roule parfaitement ..

Un grand merci à vous et l’avanture continue !!

- Noëmie - Bed and Breakfast - Irlande 2017

Irish music - Bed and breakfast Ireland Étant donné que je travaille que le matin, tous les après-midi je pars visiter de nouveaux coins et il y en a beaucoup. Nous avons aussi Dusty la femelle dauphin qui vient nous voir tous les jours pour ses caresses et pour nager avec surfeurs et nageurs.

Je n’ai fait que deux bars à Doolin et ils sont assez sympa. Avec des musiciens tout les soirs et les week-ends, ils sont là tout le temps.

- Valerio - Italien en Afrique du Sud - Vinification 2017

Sorry for not sending my news from South Africa before ! Vinification in South Africa
It has been more than three weeks since I arrived from Milan and everything is going very well. The location of the Estate is fantastic, the landscape is surrounded by beautiful mountains which remind me my Dolomites (I am an Italian person !) and is full of tidy rows of vines. It is a picturesque view.
My accommodation room is pleasant, neat, well equipped with everything is necessary and useful : I have a very comfortable bed and enough storage to put my clothes in, a table where I can study or read and a large TV screen. In the other side of the room there are a kitchen table with an induction surface to cook, a microwave oven, a kettle and lots of dishes, cups, dishes and cutlery. The room is cleaned regularly by the staff.
I can’t complain about the food at all ! I have my breakfast in the house of Lisha’s parents, from cereals to fruit, eggs, bread, coffee… and I usually have a working lunch, prepared in the same house, composed of meat, rice and everything necessary to offer an adequate source of energy for the job. The dinner is sometimes prepared by the staff and sometimes is done on my responsibility but all food is provided by Lisha (I make a list for my necessities during the week). Anyway, when some special occasions are organised by Lisha and her relatives, such as for example the Lisha’s brother’s wedding, I has been offered the opportunity to take part of it, as one of the family. The atmosphere is very familiar !
The job in the cellar is well organised. Lisha is present into the field and plans everything with the help of her husband and the assistance of a well prepared staff. I work with the staff and I can practice a lot and safety. I like a lot this hands-on experience because is the only way to be confident with the job and achieve the real knowledge of this job which I want to do in the short term. Anyway, I have lot the time to ask everything about winemaking procedures and skills to Lisha and she is always willing to help me and to answer all my questions. This is for me the key point of this experience in South Africa, a winemaker available to explain and show me the ropes of the skills from the winemaker’s point of view. Lisha is very good as a teacher and psionate about her job. It is so important for me !
Working hours are right. Sometimes, but only in the day when grapes is picked, I work long hours, but this is known if you are working in a cellar. I know also that I will have long hours when the red grape varieties are picked because of the procedures of crushing, pumping over and so on. This has to be done. Everything is ok ! Anyway, Lisha gives me some days off, normally at the weekend, and the possibility of getting a car to go around. She also organised for me a two days drive safari in a park nearby which I liked very much.
I receive a wage which is, for me fair for a short period of work focused on a training placement. I did other harvest vintages in Italy and here in South Africa is the first time since I receive a real wage !
To summarise this experience so far, I want to tell you that everything exceeds all the expectations and I have to thank you and Lisha Nelson for the chance to be here in this useful and grateful experience, not only as a worker in training but also as a experienced human being.
Sincerely
Valerio Fauda

- Yoann - Pays Bas - Horticulture - 2016

Boskoop - En route pour les pépinières aux Pays Bas Je tiens à vous remercier pour tout car ce fut une bonne expérience professionnelle et un séjour inoubliable avec plein de gens et de souvenirs mémorables. Avoir appris à parler anglais ma permis de décrocher un travail de chef d’équipe et de maître d’œuvre en espace vert au Canada.
Bonne continuation à vous et n’arrêtez pas dans ce que vous faites. C’est génial !

-  Paul - Nouvelle Zélande - Bovins viande 2015 - 2016

Ici cela se passe super bien. Mes patrons souhaitent me garder suite au départ du salarié... donc si je souhaite revenir rapidement après mon retour en France, j’espère toujours avoir cette place disponible.
Je vais dans la région de Culverden pour 2 semaines après la fin de mon expérience ici. Ensuite retour dans l’Ile du Nord jusqu’à fin mai.
Je quitte la Nouvelle Zélande le 29 mai pour 3 semaines en Australie et un retour en France le 24 juin.
Le temps passe trop vite ! Espérons que cette soif de voyage sera assouvie à mon retour sinon un retour au pays des kiwis sera une option non négligeable...

- Pierrot - Australie - Coton, sorgho... - 2016

Ayers Rock - Australie Tout va bien. Voilà 6 semaines que je suis arrivé en Australie. La famille est très sympa.
Il y a beaucoup de travail. Nous sommes en train de récolter le coton.
Pour ce qui est de l’anglais, ce n’est pas toujours simple mais je ressens quand même du progrès !
Je n’ais pas encore eu l’occasion de voyager à travers cette terre australe. Je pense y consacrer au moins 1 mois après le stage.

- Antoine - USA - Moisson itinérante - 2015

Mon expérience s’est tout juste terminée hier mardi 06 octobre, après le retour au shop avec tout le matériel, gros nettoyage général des machines et des campers. Moisson itinérante aux USA

Les moissons itinérantes, c’est rude, très rude même quelque fois, non seulement car les journées sont longues, mais parce qu’il faut lutter contre la fatigue et la faim... L’ambiance dans l’équipe est une chose primordiale, et la notre était très bonne.

Quant à mon parcours j’ai commencé le 7 juillet dans l’est du Colorado, bougé avec 2 moissonneuses, 1 transbo et 2 semis avec une partie de l’équipe dans le sud-est du Montana, pas loin de Billings, pour faire de l’orge d’hiver à gros rendement car irrigué par inondation, des petites parcelles mais de l’occupation pour 2 semaines. Fin juillet, on plie les bagages pour rejoindre le gros de la troupe dans le centre nord du Montana, à 30 miles au nord de Great Falls . Et là, ben on est vraiment paumé. Du blé et de la poussière à perte de vue. Si on voyait 10 arbres dans la journée on était contents... 3 semaines comme ça sans voir personne . Vers le 10 aout arrivée à lethbridge, AB, pour le gros client, une ferme de 67000 acres. 30000 acres d’orge de printemps et canola à faire, 1,5 mois de travail... 8 moissonneuses ,2 carts et 5 super B...

Dernier jour, c’était la grosse parade des chevaux vapeur, le matos de la ferme et le notre ensemble dans le même champ pour finir la grande moisson : 16 moissonneuses, 4 transbordeurs et 12 semis super B. En gros, pour ranger 65 ha, il faut 1h20minutes, pas plus...

- Garance - Angleterre - Production ovine, bovine, volaille + magasin à la ferme - 2015

Tout va bien pour moi, le travail de cette ferme anglaise me plaît et je m’y suis très facilement adaptée ! Mark, le fermier me donne pas mal de responsabilités et semble satisfait de mon travail.
Je m’occupe des animaux tous les jours et selon ce que Mark demande, je répare des clôtures, nettoie les abreuvoirs, désherbe, nettoie encore, traite les animaux... bref de la maintenance. Il est arrivé que je m’ennuie car peu de travail mais en règle générale ça va.

L’endroit est très joli, vallonné et boisé, un peu perdu dans la campagne ( difficile de bouger de la ferme quand on est à pied) mais de superbes balades à faire et de belles observations possibles (pic vert, busard, biches, renards, papillons ...) !

La relation que j’ai avec Mark et Kristie, sa femme, est très bonne, dès le début l’entente entre nous s’est vraiment bien passée. Mark est un bon pédagogue, il est attentif et patient quand je lui pose des questions avec mon mauvais anglais et essaie toujours de m’expliquer au mieux. Mon anglais s’améliore vraiment, j’apprends beaucoup de vocabulaire, l’accent est encore un peu difficile pour moi, mais je ne désespère pas. Ca va venir !

L’hébergement est ok (vieille caravane) et j’ai accès aux légumes et viandes gratuitement du magasin à la ferme. J’ai un jour de congé par semaine et le dimanche qui est un "easy day", je n’ai qu’à nourrir les animaux matin et soir.

- Justine - Irlande en production laitière - 2015

Je suis très satisfaite de mon séjour chez Mary et Piara’s qui sont des personnes très gentilles sachant prendre le temps d’apprendre leurs métiers et cultures.

Je pense également avoir réussi l’objectif d’améliorer considérablement mon niveau d’anglais en me détachant de l’apprentissage scolaire.

Ce stage m’encouragera à l’avenir à réitérer cette expérience à l’international.

- Jean Marie - Canada en viticulture-Oenologie - 2015

Ce mail rapide pour vous donner quelques nouvelles. En effet, voilà maintenant un mois que j’ai atterri au Canada.

Viticulture - Oenologie au Canada La vie ici ne ressemble pas forcément à ce que j’avais imaginé. hé non, le Canada, ce n’est pas que le sirop d’érable, la neige et les caribous... Mais tout ce passe très bien, les gens sont très "friendly", et c’est très facile pour un petit français d’aller à la rencontre des canadiens.

Du coté boulot, je dois vous remercier de m’avoir trouvé ce placement. Matt est quelqu’un de passionné et de passionnant, le domaine magnifique et de haute précision, et leur vin est superbe !
Avant de partir, je n’avais pas réussi à me procurer du vin de l’Okanagan vallée, c’était donc avec une petite appréhension, malgré les entretiens passés avec Matt, que je suis monté dans l’avion (le fameux avion qui attendait depuis un moment dans son hangar).
Mais leurs vins n’ont pas à rougir face à certains grand crus de bourgogne (le pinot noir 2009 est une petite merveille !)

C’est un plaisir de s’investir pour Blue Mountain, même si la seule ombre au tableau reste mon piètre niveau en anglais.
Et oui, j’aurais mieux fait d’aller en session d’anglais au lieu de partir en vélo avant le départ au Canada.... Mais ça s’arrange de jour en jour, et le seul vrai problème, à l’heure actuelle reste les conversations téléphonique.

- Louis en stage de découverte en brebis laitière et transformation fromagère en Ecosse.

Stage en Brebis Laitière - Ecosse

- Sébastien - Tasmanie en Australie - Exploitation laitière - 2015

Mes premières semaines en Tasmanie se passent très bien. Les agriculteurs et les jeunes qui comme moi sont là pour travailler sont très sympas. L’entente dans le travail est agréable.

Ça confirme que le travail en ferme laitière est complètement différent de la ferme céréalière que j’ai pu voir au Canada.

Je découvre des animaux que je n’ai jamais vu auparavant comme des grosses et affreuses araignées, des serpents, des Wallabies et autres dont je n’arrive pas à retenir les noms. La flore aussi est très typique.

Il fait chaud voir très chaud même quand il pleut. Le paysage a son charme, très vallonné. Il y a 2 jours j’étais bronzé comme un Pinpin les bras bien bronzés, le dos rouge et le torse blanc !!

J’ai eu la chance de voir un soir dans le ciel un météore avec sa traînée de flamme !! Juste sensationnel.

Je me suis plutôt bien adapté à la conduite inversée, il m’arrive souvent de me tromper de portière pour monter dans la voiture.

Pour l’anglais, le Canada m’a beaucoup aidé mais je dois encore m’améliorer pour mieux comprendre.

Donc que de bonnes nouvelles, tout va bien.

- Antoine - USA - Exploitation céréalière - 2014

Moisson aux USA On a fini les moissons dimanche. J’étais opérateur d’une des 2 moissonneuses batteuses pour les blés, soja et maïs. Donc, j’ai pu profiter et vivre pleinement les moissons américaines !
J’ai conduit un semis pour la récolte des betteraves. L’ambiance est vraiment sympa ici, je passe du bon temps et le travail est intéressant pour moi. Je compte rester sur la ferme jusqu’à décembre, puis prendre 3 semaines de vacances avant de rentrer pour Noël.

- Vincent - Pays Bas - Production légumière et vaches laitières - 2014

Ici tout se passe bien.
Le temps en ce moment est typique de la Hollande, venteux et nuageux, avec des alternances de pluie et de soleil. C’est parfait pour les cultures.
Le travail sur la ferme pour le moment consiste à désherber les champs de légumes destinés à la fois à la consommation humaine mais le plus gros est pour la production de semence. On le fait à la main çà nous donne donc l’occasion de discuter beaucoup en même temps.

J’ai eu vendredi dernier un meeting d’introduction avec SUSP ainsi que 5 autres stagiaires. Il s’agit d’une présentation globale ainsi que le moment de poser des questions si il y a en encore, en face à face, pour les nouveaux arrivants du mois.

Mon stage après le mois d’octobre est trouvé. J’irai dans une ferme laitière qui produit du fromage. Elle se situe au nord de Alkmaar, le siège de SUSP. C’est au Nord Est de la Hollande.

- Hugo - Irlande - Auberge de jeunesse + ferme - 2014

Mon séjour s’est très bien passé. Après 4 mois dans une auberge de jeunesse et dans une ferme, mon niveau d’anglais n’en est que perfectionné.

L’auberge de jeunesse est l’un des meilleurs endroits pour faire des rencontres et par conséquent améliorer son niveau de langue. Grâce à cette expérience, j’ai pu rencontrer des personnes venant du monde entier.

Pour ce qui concerne le travail à la ferme, il m’a fallu apprendre très rapidement. En effet, je suis arrivé début mars, pendant la période de l’agnelage, en ayant jamais travaillé dans une exploitation de moutons. J’ai eu également l’occasion d’apprendre énormément de choses et de réaliser de nombreux travaux manuels (réparations de clôtures, fabrication de portes/barrières, ramassage de turf, élagage, jardinage, ...).

Lors de cette période de 4 mois, j’ai également pu visiter plusieurs comtés, notamment ceux situés sur la West Coast (Kerry, Clare, Galway, Donegal).

Le fait de vivre dans une famille irlandaise m’a permis de m’imprégner de la culture irlandaise (musique traditionnelle irlandaise, fête de la St Patrick, hurling, pubs) et surtout de travailler mon anglais chaque jour.

Après un périple de 4 mois, ce que je retiens de ce voyage est le nombre de rencontres que j’ai pu réaliser.

- Anaïs - Irlande - Bed and Breakfast - 2014

Quand une expérience débouche sur des rencontres.

Mon stage se passe super bien !!!Comment dire, c’est juste génial. J’ai été légèrement malade au début, et la famille m’a aidée à aller mieux, vraiment friendly Irish people. J’attends maintenant ma carte européenne d’assurance maladie, qui doit arriver par la poste la semaine prochaine.

Concernant le travail, j’apprends chaque jour. C’est vraiment un lieu idéal pour quelqu’un qui souhaite apprendre (le dur) travail de gestion d’un B&B, avec les petits-déjeuners, les chambres, les réservations...Je progresse également bien en anglais, car je m’occupe des enfants qui parlent beaucoup, avec les clients de l’hôtel aussi puisque je suis forcément beaucoup en contact avec eux. Je travaille à l’hôtel le matin, quand les chambres sont finies je suis libre, puis je reprends pour 3h le soir à partir de 5h30/6h pour m’occuper des enfants et quand le temps le permet, voir un peu le travail de promotion de l’hôtel et de la région, les détails des réservations, la gestion internet...Je m’apprête d’ailleurs, sur les conseils de Miriam et pour améliorer ma pratique de l’anglais, à prendre quelques cours à Limerick (où je vais régulièrement en voiture) au Limerick Languages Center. les professeurs y sont très bien.

Il faut savoir que ma responsable Miriam Sadlier représente aussi les hébergements touristiques de la région (voire même de l’Irlande, ça je n’en suis pas sûre). Elle fait partie d’un groupe responsable du développement touristique de la région de Ballyhoura, où se trouve l’hôtel : c’est un GAL (groupe d’action locale) qui touche des fonds LEADER de l’Europe, emploie et forme des gens, et promeut la région au niveau national et international. J’ai une formation en Randonnées en Irlande développement local, et cette ultime compétence est pour moi un aboutissement du stage. J’ai pu participer avec elle à notamment un meeting où était évoquée la question de la gestion des fonds LEADER par le GAL de Ballyhoura et non par le gouvernement irlandais. C’est vraiment très intéressant pour moi.

Bref, c’est un stage génial. Evidemment, il faut accepter la vie en famille, car durant mes jours de travail (du mardi au samedi), je suis parfois toute la journée avec la famille, puisque je mange avec eux et je prends parfois mes heures de libre avec les enfants pour faire des activités avec eux (piscine, parc...). La voiture me permet cependant et quand je le souhaite de visiter la région. Les randonnées ont déjà fait partie de mon programme touristique (Ballyhoura, Galtee mountains, Lough Gur...).

- Emilie - USA - Horticulture - Espaces verts - 2014

Le séjour se passe plutôt bien. Quelques problèmes de communication avec les supérieurs. Non pas au niveau de l’anglais mais les info passent principalement par SMS, methode un peu trop avant-gardiste et inefficace pour tout le monde à mon gout mais on s’y fait.
Le cadre est excellent, très beaux jardins (Old Westbury Gardens, NY). Jardin USA Pour l’instant c’est surtout du nettoyage après le long hiver américain. Mais des taches plus sympathiques se profilent : Plantation, attribution de zones à chaque stagiaire qu’il gérera de manière autonome, vente de plantes, sorties éducatives et barbecues !
Nous sommes assez bien payé et nous n’avons en charge que la nourriture et les sorties (pas de loyer, de frais de programme, de factures diverses). Le logement est par contre assez petit, une soixantaine de mètres carré pour 3 garçons et deux filles. Mais nous sommes bien content d’être héberge gratuitement.

- Jean Baptiste - Irlande - transformation fromagère - 2014

Du coté du stage, tout se passe pour le mieux. Dan est encore très jeune dans sa tête et comprend totalement les exigences des stagiaires. Il me permet de m’impliquer le plus possible dans la vie irlandaise (rugby, football gaélique, pubs...). Pour vos futurs placements, vous pouvez envoyer quelqu’un sans crainte. Croyez en ma longue expérience de stagiaires en exploitations agricoles (c’est la cinquième dans laquelle je travaille), c’est mon meilleur stage.

- Ludovic - USA - Ferme arboricole avec parcours mobiles pour élevage 2014

Tout se passe bien ici , belle ferme arboricole en bio (conversion en biodynamie) avec parcours mobiles pour différents animaux (cochons, brebis, volailles, 1 lama)

Ferme vivante, beaucoup de passage de différentes personnes, d’échanges, belles personnes, généreuses, 2 autres stagiaires avec moi du programme MESA (une équatorienne , un brésilien). sorties avec dégustation de bières dans les brasseries ou bars du coin à La Crosse , Wisconsin (15 minutes en voiture).

je galère un peu en anglais pour la compréhension mais ça s’améliore (besoin de plus de vocabulaire et d’intégrer des expressions typiques quotidiennes, et surtout l’accent). Un peu de frustration parfois à ne pas pouvoir mieux exprimer ma pensée. Jackie Hoch est très patiente, parle distinctement et s’assure qu’on a bien compris les consignes.

Au programme en ce moment, ramassage de bois de taille, taille de la vigne, aménagement de la cuisine commerciale (ils transforment en cidre et font pas mal de mélanges avec framboises etc, gelées mais surtout vente en gros de pommes fraîches sur un farmer’s market à Minneapolis St Paul à partir d’août)

Ils ont eu l’hiver le plus dur depuis 30 ans (-30° celcius), tornades. 15 jours avant mon arrivée ils avaient encore 30/40 cm de neige. Le printemps se réveille doucement.

- Rolland - Irlande - vaches laitières + fromages - 2013

Je suis toujours vivant, le stage se passe très bien de mon point de vue. Bonne ambiance de travail, je me débrouille assez bien apparemment. Dan, John et Jimmy me font plutôt confiance dans ce que je fais ce qui me permet d’apprendre plus vite car ils me laissent ma chance. De plus les activités sont correctement variées pour un stage en ferme : travail de ferme, fromage, bâtiment, coupe de bois à l’occasion. Ce stage est parfait pour moi.

- Freddy - Canada puis USA - récolte de pois et haricots - 2013
On est au Delaware à limite du Maryland à bridge ville. A partir du 15 novembre, on sera libre de travailler ou de visiter.
Le patron nous a parlé de nous offrir quelques jours en Virginie avec des maisons sur piloti au bord de la plage avec des chevaux sauvages.
Ensuite chute du Niagara, Toronto, New York, lac Saint Jean, Montréal, ville de Québec, ....sont au programme.
Le patron a parlé de reprendre des français du même profil l’année prochaine, satisfait de notre prestation.

- Xavier - USA - Vinifications - 2013
Mon stage se déroule bien, on arrive à la fin des vendanges après trois semaines de longues journées de travail.
J’ai appris plein de choses et ce n’est pas fini.
Mon maître de stage m’a laissé une liberté totale pour élaborer un vin fortifié type Banyuls et/ou Porto. J’apprécie cela énormément, car c’est la première fois que je défini les objectifs de production, choix des cépages, élevage...

- Aurélien - Suisse - Grandes Cultures en semis direct 2013

Bonjour, tout se passe très bien. J’ai été très bien accueuillis et j’ai fais pas mal de choses, récolte de pomme de terre, semis, fauchage, épandage d’engrais... J’ai aussi participeé à une journée de Swiss No-Till !

- Maxime - Nouvelle Zélande - Paysagisme 2013

Tout se passe très bien ici en Nouvelle Zélande , c ’est vraiment un pays manifique à découvrir .
J’ ai acheté une voiture en mai pour pouvoir visiter en compagnie d’ autres stagiaires (russe et ukrainien).
Sinon le travail est super, nous sommes une bonne équipe .
Pour le logement, j’habite chez le chef d’entreprise .
Catherine cuisine tous les jours comme un chef étoilé !!! je vais sûrement revenir avec quelque kilos .

- Elise Capron - Angleterre - Production laitière 2013

Quelques nouvelles d’Angleterre où tout se passe toujours très bien. Je suis vraiment enchantée de mon expérience. Je vois tellement de choses intéressantes pour moi, je fait beaucoup de rencontres très intéressantes et je vais même avoir l’occasion de passer deux jours avec les vétérinaires.
Je dois dire que la première semaine fut dure d’un point de vu physique car même si je suis sportive, je passe la majeure partie de mes années derrière mon bureau et je n’ai pas l’habitude de travailler physiquement 10h par jour comme ça ! Mais après un moment d’adaptation, ça va impeccable.
Je me trouve très bien intégrée de plus au sein de la famille qui semble bien m’avoir adopté, ce qui nous permet d’entretenir des discussions très intéressantes et enrichissantes pour les deux parties. J’espère maintenant que les 4 semaines qui me restent seront aussi enrichissantes que les 2 premières...
Encore merci

- Pierre Alexandre - Pays Bas - Lait et transformation fromagère 2013

Mon stage se passe à merveille aux Pays-Bas, la famille d’accueil est super sympa et a confiance en moi puisqu’au bout d’une semaine, il me laissait déjà effectuer le processus du fromage tout seul.
Sinon, j’en profite pour visiter soit tout seul, soit avec la famille qui partage certaines activités avec moi comme du canoë ou des ballades en vélo pour aller voir des membres de leur famille.
Je rencontre aussi beaucoup de personnes car il doit y avoir environ une quinzaine de personnes travaillant sur l’exploitation et de nationalités différentes ce qui permet un choc des cultures très sympathique.
Voilà que dire de plus à part que je m’éclate et qu’en plus on a un superbe été aux Pays-Bas avec du soleil et des températures élevées.

- Marie - Irlande - Horticulture 2013

Tout va pour le mieux ici. Je n’ai pas Stage en horticulture en Irlande envie de retourner en France à vrai dire.

Je n’ai pas trop de pluie, je peux donc bien profiter au maximum ! Je n’ai pas le temps de m’ennuyer ici.

Nous faisons diverses activités avec la famille c’est super !

Mon Anglais commence à s’améliorer un peu, surtout au niveau de la compréhension.

Je vous tiendrais au courant dès mon retour en France.

Merci de prendre des nouvelles.

- Kelly - Irlande - Bed and Breakfast 2013

Bed and Breakfast en Irlande J’apprécie énormément tout ce que je vis ici ! C’est une expérience qui m’aura non seulement permis d’apprendre l’Anglais dans le milieu professionnel qui me plait, mais également d’en apprendre beaucoup sur moi même ! C’est vraiment une aventure que je souhaite à tout le monde car c’est très enrichissant et j’ai eu la chance de tomber chez des gens géniaux.

Je pense que je reviendrai d’ici quelques années effectivement. J’ai eu quelques jours pour faire le tour de l’Irlande, mais c’est à approfondir car malgré sa petite taille, il y a pleins de belles choses à voir et à visiter. Puis, je pense que j’aurai envie de revoir ma famille d’accueil Irlandaise, donc c’est certain, je repasserai par là !

Tout se passe toujours à merveille, malgré un temps assez capricieux depuis une petite semaine.
Je commence à envisager mon retour prévu pour le 25 aout, en accord avec mes patrons. Très heureuse de retrouver mes proches bientôt, je pense tout de même que celui-ci va être assez difficile, m’étant beaucoup attachée à la famille et à cette région magnifique !!
Je tenais encore une fois à vous remercier car cette aventure n’aurait pas été possible sans votre aide !!

- Caroline - USA - Cheval 2013

Caroline est placée aux USA près de New York chez un double champion olympique de saut d’obstacle.

Eh bien tout le monde me dit que j’ai de la chance. Je n’avais jamais vu d’écuries aussi belles, et en découvrant les environs, je me rends compte que c’est comme cela partout. C’est tout simplement magnifique, beaucoup de chevaux par là ou j’habite, c’est une région riche. Ce qui m’a le plus surprise en arrivant c’est le nombre d’employés !!

Sinon, beaucoup d’avantages en nature et salaire plus élevé que sur le contrat. Contrairement à ce que je pensais, je ne pense pas beaucoup me déplacer pour les compétitions. Il y a 2 filles très très qualifiées pour cela, car ce n’est pas de la rigolade le haut niveau... et moi, j’ai tout à apprendre. Je suis la plus jeune sur les 8 grooms (en moyenne 28/32 ans).

Début pas facile du tout, la langue, l’équipe, être loin de ses proches mais maintenant je positive. J’ai hâte d’être en mai car ma famille vient me voir. Nous allons visiter la Floride !

- Margot - Australie - fromage de chèvres en bio 2013
Tout va bien pour moi, le boulot est très intéressant et je m’entend très bien avec Ann-Marie et Carla. Je fais la traite et travaille également en transformation. J’apprends pas mal de choses, elles sont vraiment passionnées par ce qu’elles font. J’ai fait la Great Ocean Road il y a 1 semaine avec une collègue de boulot. C’était magnifique. Dans deux semaines, je part au Parc Wilsons Promontory pour camper quelques jours avec Ann-Marie et une autre collègue de boulot. J’ai visité Melbourne aussi. C’est une super ville.

- Clément - USA en Californie - Vinification 2012.
Désirant effectuer les vendanges 2012 dans l’hémisphère nord mais dans un pays anglophones, je me suis adressé à Odyssée Agri proposant des « stages »de plusieurs mois aux USA pendant les vendanges. Pendant toutes les démarches pour l’obtention du visa (dont le point culminant est le RDV à l’ambassade des USA ), je me suis vu proposer un placement dans une cave (il faut bien le dire qui ne correspondait pas à mes attentes, mais avec un faible niveau d’anglais, il ne faut pas trop en demander !) Bref après tous les papiers réalisés avec l’aide indispensable d’Odyssée Agri et de leur partenaire le CAEP, le départ…

Fin juillet je me suis donc envolé pour la Central Coast (en Californie)
Après quelques jours d’adaptation à mon nouveau travail, collègues et mon hôte, il ne restait plus qu’à améliorer l’anglais ! Heureusement les vendanges ne commençaient que début septembre. En un mois, j’ai pu élever mon niveau, pour comprendre les ordres rapidement lorsque les coups de bourres sont arrivés ! Chose importante en Californie, l’espagnol peut s’avérer plus l’important que l’anglais, pour ma part je travaillais avec plus de 80% de collègues mexicains ou d’origine mexicaines. De ce fait, durant mon séjour j’ai plus appris sur la culture mexicaine qu’américaine !

Ce « stage » m’a donc permis de découvrir quelques méthodes de travail notamment avec le vin en barriques, car avec un parc de plus de 7000 barriques, l’organisation et l’efficacité doivent être la meilleure possible. Cela m’a aussi permis d’échanger avec les œnologues, superviseurs, employés et les autres « stagiaires » étrangers, sur les différentes techniques, points de vues, pourquoi ce process, tel opération à un moment précis et pas après...etc. J’ai donc pu enrichir mes connaissances personnelles. J’ai aussi acquis un niveau d’anglais correct (ainsi qu’en espagnol). Cela m’a également permis (en partie) d’avoir un travail pour les futurs vendanges en Nouvelle-Zélande. J’ai pu constater qu’avec ce « stage » sur le CV, les réponses des futures employeurs étaient beaucoup plus nombreuses (j’ai pu choisir la cave ou je voulais aller !) alors que l’année dernière toujours pour la NZ je n’ai eu qu’une réponse positive qui finalement est tombé à l’eau…Sur un plan plus personnel, je peux dire que certains collègues sont devenus amis et qu’ils m’ont fait découvrir leurs région et mode de vie ce qui est, je pense, un autre aspect important de ce séjour et qui le rends inoubliable.

C’est donc sans aucune hésitation que je pourrais recommencer cette expérience !

- Marie - Nord de l’Angleterre - Viande bovine, ovine et porcine en agrobiologie en vente directe avec magasin à la ferme. 2013

Mon stage s’est bien déroulé et se fût une très bonne expérience. stage agricole en Angleterre

Tout d’abord du point de vue de la langue, j’ai pu beaucoup pratiqué mon anglais autant que je le souhaitais à la fois lors des journées de travail mais également le soir dans la famille. J’ai beaucoup travaillé avec une autre stagiaire anglaise.

J’ai apprécié la variété des tâches que j’avais à effectuer. J’ai travaillé sur la ferme, à la boucherie de la ferme et à la vente sur un marché. J’ai ainsi pu voir presque tout le processus de la viande de la ferme à l’assiette ! J’ai également apprécié la confiance rapide de Jane et Chris qu’ils m’ont accordé car beaucoup de travaux étaient nouveaux pour moi car n’ayant jamais travailler dans un ferme à temps plein. J’ai découvert la production biologique, les contraintes et les pratiques spécifiques qui lui sont associés.

J’ai pu ainsi découvrir le fonctionnement et la gestion d’une ferme. Cependant, j’ai vu un système assez particulier car Jane et Chris ne travaillent pas sur la ferme et emploient 2 personnes sur la ferme, 1 personne sur la boucherie et des stagiaires. Ce fonctionnement rend le travail des stagiaires intéressants et ont un réel partie pris dans le travail à la ferme chaque jour. J’ai pu également observer les relations humaines et hiérarchiques et par conséquent ce qui fonctionnent ou non dans ce type de gestion.

Le cadre était vraiment beau malgré un temps très anglais. J’ai eu seulement un bref aperçu de la région avec les nombreux lacs qui donnent de superbes paysages. L’accueil de Jane et Chris était très chaleureux et on se sent très vite intégré dans la vie familiale. Ils partagent très facilement leur expérience et leur vécu ce qui est très intéressant.

Je vous remercie de lieu de stage que vous m’avez proposé car cela correspondait parfaitement à mon profil, n’ayant jamais travaillé sur une exploitation.

- Grégoire - Australie - Production céréalière - 2012

Je viens de rentrer d’Australie ce jour même. Tout s’est très bien déroulé. Je suis arrivé sur l’exploitation au début du mois d’octobre avec Bastien et nous sommes partis juste avant noël. Je pense que l’exploitation est vraiment faite pour accueillir des jeunes comme nous. En effet, l’exploitant et sa femme son relativement jeunes et très ouverts d’esprit. Le matériel est récent et à la pointe de la technologie ce qui permet de découvrir des systèmes de production différents de ce que l’on rencontre en France. Je pense que l’agriculteur a gardé une bonne image de nous et il n’hésitait pas à nous donner des responsabilités durant le stage : andainage de colza, conduite de moissonneuse, transbordeur, ... Dans l’ensemble il y avait une bonne ambiance entre les employés de la ferme. Nous étions avec un australien, deux canadiens, un néo zélandais et trois français. Concernant l’anglais, au début, ce n’était pas facile mais on s’est habitué à leur accent et on pouvait leur faire répéter sans problème. nous étions à l’aise avec tout le monde.
La semaine de noël, nous nous sommes retrouvés à Perth avec Jules Victor et Luc pour passer les fêtes de fin d’année ensemble. Ensuite, pendant deux semaines nous avons voyagé en van le long de la côte pour rejoindre Espérance. Nous avons passé de très bons moments et je garde un très bon souvenir de ce séjour.
Je vous remercie de m’avoir trouvé ce placement que je recommande vivement aux futurs stagiaires.

- Jean François - Nouvelle Zélande - Production laitière - 2012

Ici, le dépaysement est total. Le paysage est magnifique. Après un mois, on peut dire que ce stage est très positif. Après des débuts un peu difficile avec l’anglais, j’ai rencontré plein de monde et de nationalités différentes. Mes maitres de stage m’ont bien aidé à m’installer dans ma nouvelle maison et heureusement car ceci n’est pas facile, pour avoir internet, acheter une voiture voir un ordinateur... Au niveau du travail, cela ce passe très bien même si les journées sont un peu longues (50 heures par semaine). Je participe à toutes les tâches de la ferme (vêlage, traite, alimentation car il n y a pas encore assez d’herbe). Certains après-midi, je vais avec le responsable du troupeau et il m explique l’ensemble de la démarche.

- Julie - Georgie dans le Caucase - vinification - 2012

Nos journées se passent bien. La communication est un peu laborieuse avec les georgiens mais ce qui permet d’avoir de bons fous rire avec eux. L’accueil est super, ils sont tous très gentils avec nous. Nous sommes traités comme des "ROIS". Sur la winery, pas mal de personnes parlent couramment l’anglais. Pour l’instant, nous n’avons pas trop bougé de la winery car en plein boum des vendanges. Par contre, nous avons assisté au winexpo de la Georgie ainsi qu’à son gala de récompenses des vins.

Autre correspondance :
Je regrette de ne pas avoir encore eu l’occasion de découvrir la Géorgie. Nous avons découvert le mode de vinification ancestrale de la Géorgie (dans les jarres) qui est très intéressant.
Cette winery est internationale car elle fait appel a différents consultants de différents pays que nous avons pu rencontré comme un allemand, des italiens...
En ce moment nous égrappons à la mains un cépage rouge qui a été touché par un fort taux de millerandage. Toute la winery est mise à contribution du directeur au chauffeur de bus. Un beau moment de convivialité...

- Gilles - USA - Moisson itinérante - 2012

Gilles Gauvin Je profite de la dernière journée à Billings Montana, où on campe dans un camping AVEC internet. Demain on file à la frontière canadienne (Sweetgrass Montana) et là on va être paumés de chez paumés pendant trois semaines au moins. Après ça, c’est retour au QG dans le Kansas pour la moisson d’automne. Déjà ! La moitié du séjour est passée, j’ai l’impression d’arriver ! On a donc fait notre moisson dans L’Oklahoma (Hobart et Putnam), le Kansas Sud et Nord (Protection et Goodland), le Nebraska (Hemingford) et le Sud du Montana fini hier (Billings).

Je suis sûrement le jeune à qui ils donnent le plus de responsabilités dans la crew comme être chauffeur de semi quand on déplace le matériel d’un arrêt à un autre, stage agricole aux USA - moissons semi chargée de ma moissonneuse respective donc en oversize load pendant 500 à 1000 miles ! Le plus intéressant c’est quand je suis chauffeur de camion à grain quand on bat, il y a un peu d’attente au champ des fois, c’est une super occasion pour discuter avec tous les farmers pour qui on travaille et Tracteur à chenille USA papoter travail du sol, rotations, itinéraires techniques de cultures parfois inconnues pour moi, semis direct... et puis moi qui suis passionné de vieux matos américain, je suis servi à chaque fois qu’on m’envoie au fin fond de nulle part avec un camion de grain à vider dans une cellule dans une cour de ferme !

Bref je suis bien content d’être là, en plus on a eu du temps pour aller voir Mt Rushmore et Yellowstone National Park. On va sûrement aller voir Glacier National Park aussi. En arrivant à la frontière on aura peut-être bien 10 jours d’attente avant de commencer, car partout où l’on est passé, tout était précoce d’environ 10 jours à deux semaines, sauf là-bas. Les farmers prévoient déjà la meilleure récolte jamais vue, si on n’a pas de dégâts dûs à la météo d’ici là.

- William - USA - Céréales - 2012

Voilà donc deux mois et demi que je suis en stage dans un ranch du dakota du sud. Le dakota du sud est en dessous du Dakota du nord, qui lui touche le canada et plus précisément le Manitoba au centre du Canada (mon collègue de stage Dannois est expert du Canada et ce mail sera aussi lu par des canadiens, donc je me dois d’être précis...). Bref le Dakota du sud est au centre nord des USA. C’est aussi un état où les paysages sont très étendus, arides et où l’exode rural est un problème important. Enfin, les gens et les modes de vie sont assez typiques : "cowboy", "cowgirl" et musiques country, les jeunes aiment...

Un ranch donc ! Oui, ça fait un peu gros ricain mais c’est bien comme ça qu’ils appellent la ferme. Voilà une définition exacte.

Ranch : 1. Grande ferme, en particulier dans le western des États-Unis, sur laquelle de grands troupeaux de bovins, de moutons ou de chevaux sont élevés.
2. Grande ferme sur laquelle une culture ou un genre particulier de l’animal est élevé : élevage de bisons américains.
3. Maison dans laquelle le propriétaire mène une vie agricole extensive.

Il y a donc des bêtes à viande pour pâturer les vastes prairies vallonnées et des cultures pour occuper les plaines (blé, soja, maïs, pois, lentille).

L’élevage est jugé par mes maîtres de stage, économiquement trop risqué en ce moment. Il y a donc de moins en moins de bêtes sur le ranch. Ils peuvent normalement accueillir 10 000 bêtes. Ce type d’élevage en feedlot est critiquable mais j’aurais bien aimé le vivre un peu. Alimenter les bêtes au camion à longueur de journée sur les nombreux hectares que recouvre le feedlot, les ouvriers me raconte comment ça se passait.

Couverts végétaux - USA Notre boulot ces dernières semaines n’est pas des plus passionnant. "chop the thistle" ou "couper les chardons". On est 5 pour faire le tour des prairies et parcelles de blé. Et il y a du boulot ! Je suis en général avec Mikkel, mon collègue stagiaire qui vient de Denmark. D’après nos calculs, on couperais en moyenne 5000 chardons par jour. C’est un peu la corvée, mais ça fait parti des boulots du ranch. Même la banquière nous a dit qu’elle faisait ça quand elle était jeune sur le ranch de son père à la différence que elle n’était pas payé pour le faire...

On a aussi beaucoup de travail autour des clôtures puisque la quasi totalité des parcelles sont clôturées. Ça se passe avec Kameron, le responsable des clôtures ! "fencer" comme ils disent. Kameron est un indien d’une 50ène d’années surnommé "le professeur" par les anciens stagiaires. Il est malgré ses origines, américain typique nouvelle génération. Il a grandi dans un ranch, et il connait beaucoup de choses ! Il mérite sans doutes son surnom de professeur.

De mon arrivée en avril jusqu’au 5 juin, mon travail était aussi de vérifier l’état de santé des blés. J’étais content que l’on me demande ça et eux semblaient content de ce que je leur racontais. J’ai malgré tout envoyé mon premier bilan par email pour éviter les moments où on ne se comprend pas, que je déteste. Les tours de parcelles me prenait en générale une journée bien chargée. C’était ma journée préférée. Maintenant les blés virent du vert au jaune et on commence à sentir l’odeur de blé mur quand on marche dans les parcelles. Le début de la moisson est prévu dans les jours à venir. Les températures de ces derniers semaines (autour des 30°C) accélèrent la chose et ça commence à s’exciter !

William avec le semoir Strip Till Enfin, mes patrons Brad et Warren KARLEN, sont à la pointe en matière de semis direct ("nouvelle" pratique culturale). À la pointe aussi au niveau cartographie des parcelles et utilisation du GPS. Ils ne sont pas des plus tendres mais leurs pratiques sont super intéressantes.

Si non, que vous dire sur les États unis ? Je ne pense pas avoir assez de recul pour vous en dire beaucoup. Comparé à l’Europe, tout est grand. Comme tous les grands pays, les notions de distances sont différentes à celles de la France. Le Dakota est une régions très agricole, on rencontre donc peu de gens et principalement des "locaux" (souvent les plus intéressants). Pour chacun, il y a au moins un rancher ou farmer dans la famille. Comme partout, certains gens s’intéressent a toi, d’autres pas. Mais définitivement, la réalité des USA est bien loin de Las Vegas et compagnies.
Enfin tout les américains ne sont pas obèses et ne mangent pas tout les jours au Macdo !

Voila, nous sommes maintenant prêt pour la moisson. De longues journées nous attendent. Je vous dit donc à après la moisson !

Autres articles fort intéressants de William :

- Thomas - USA - 2012 - Horticulture et espaces verts. Ici tout va bien, j’ai bien été reçu, et les gens ici sont très agréables. Je rencontre beaucoup de monde et mes week ends sont très chargés. Le travail est très bien, j’ai l’occasion d’apprendre de nouvelles choses comme, comment croiser deux variétés de pommiers afin d’en obtenir un plus rustique. Le week end je travaille dans le parc qui est ouvert au public et il est magnifique !! On m’explique plein de choses, mais pour le moment je ne comprends pas tout car mon anglais reste brouillon.

- David - Brésil - 2012 - Découverte de groupes de réseaux coopératifs et agriculture familiale.

Ici tous se passe bien si ce n’est cette chaleur assez difficilement supportable (+de 40° ces derniers jours). Je découvre beaucoup de choses intéressante sur le fonctionnement et l’organisation de l’agriculture ici...
Pour le moment, je suis dans une coop de collecte de lait, d’insémination, de soins véterinaires, de conseils... bref, vraiment ’’multi service’’. Le president me met pas mal à contribution puisque je fais des discours 4 soirs par semaines devant les producteurs, sur l’agriculture Française particulièrement les lois de Bruxelles. Mon discours commence a être rodé, parce qu’au début dur dur le Portugais !!
En tout cas Claudio et sa famille sont super accueillants et sympathiques, ils m’ont emmené voir les chutes d’Iguaçu ce WE.

- Samuel - Australie - 2011 - 2012.

Samuel nous fait partager par son reportage vidéo son expérience des moissons en Australie. Wheat harvest in Australia

- Clémence - Angleterre - 2011 - Très grande diversification.

Mon expérience est variée : en effet, je travaille dans les différents domaines : cheese-making, jardinage, aide à la vente de la boisson, l’auler, eau de vie à base de poires dans des salons, ramassage des poires et des pommes, et autres travaux divers. C’est très interressant. Mon anglais s’est bien amélioré. Je suis bien adaptée au mode de vie même peut-être trop bien car je n’ai pas vu le temps passer et c’est bientôt terminé.

- Thierry - Pays Bas - 2011 - Horticulture.

Je voulais vous remercier de m’avoir trouvé ce stage car il s’est très bien passé. Hans est une personne très sympathique et sociale qui m’a apporté beaucoup de connaissance avec qui je souhaite rester en contact.
De plus l’environnement et les conditions de travail ont été très agréables ainsi que son personnel.
Ce fut une réelle expérience que je souhaite recommencer.

- Thomas - Angleterre - 2011 - Système varié entre production de viande bovine, transformation, agro-tourisme et divers magasins.

Tous se passe dans les meilleurs conditions ici, j’ai la chance d’avoir une famille qui me propose divers activitées au sein de la ferme et du magazin (boucherie, cuisine...) et en plus de cela de faire de nombreuses rencontres. Je me fais énormément inviter dans le but de toujours découvrire quelque chose. C’est assez sympathique. Enfin le contact avec le couple de Néo-zélandais passe très très bien, ce qui rend le séjour d’autant plus agréable.

- Elie - Roumanie - Céréales - 2011

Enfin une première partie de la moisson se termine pour moi après plus de 1000 km en tracteur parcourus et 1500 tonnes de blé livrées à la ferme.
Les rendements sont bons pour ici soit 6,7 T/Ha pour les premiers blés de qualité avec plus de 80 de PS et les derniers moins bons entre 70 et 75 a cause de la pluie. les colzas sont à 2,8 t/ha et les orges de Ptps à 5,8 t/ha, le tout représentant 1200 ha.
Cela se termine, je me repose et récupère à présent car manger en 5 min et terminer à minuit çela ne va qu’un temps et ça fatigue à la longue...

Le chef de culture est tombé malade cette semaine, intoxication alimentaire, (certainement cumulé à de la fatigue...) et est resté cloué au lit 2 jours. J’ai alors eu la "responsabilité" de la moisson pendant 3 jours, ce qui n’a pas été chose évidente à diriger tout ce petit monde ( 15 pers.) au silo, à l’atelier, dans les champs à la récolte et à l’irrigation, le tout en manquant cruellement de vocabulaire et n’ ayant pas toutes les cartes en main pour prendre les décisions et faire fasse à tous les imprévus... mais bon tout a continué sans baisser de régime et c’est le plus important. Autant dire que la logan a fumé dans les chemins !!!

Cela m’a permis de mieux prendre conscience de l’importance d’une bonne organisation et d’autant plus lorsque l’on a à faire à des ouvriers compétents pour la plupart mais qui ne s’engagent pas au travail , ou plutôt proportionnellement à leur salaire qui est extrêmement minime. Ils préfèrent avoir un engagement minime et prendre le temps de cultiver leur jardin, d’élever leurs 50 poulets, 20 poules et 3 cochons. De toutes façon, ce n’est pas leur 200 euros par mois qui leur permettraient de manger ces choses là s’ils devaient les acheter. Une chose est sûr, il y a une part de bon dans ce mode vie ce qui leur permet (sans toujours en être conscient) de vivre au jour le jour dans une certaine autonomie et en tout cas avec une dépendance très minime au travail.

A présent vont commencer les fermages. il y a 1000 propriétaires qui vont venir chercher leur fermage en nature qui représente entre 30 kg et 3500 kg de blé par propriétaire et un peu plus de 300 T pour la ferme. Cela va prendre tout le mois d’août . Il y a un jour et un ordre de passage pour chaque propriétaire affiché à l’entrée de la ferme. Hormi cela, les déchaumages ont commencé dans les champs et les préparatifs des terres à colza vont commencer d’ici peu.
Les tournesols ne font plus les fiers et baissent la tête à présent pour se consacrer au remplissage des graines. Les poupées de maïs jouent à la bataille d’eau toute la journée sous les canons d’irrigation, donc a priori tout va bien dans les champs.

- Nicolas - Angleterre - en viande bovine, ovine et porcine en agriculture bio et activité de transformation. 2011.

Pendant mon stage, je fais énormément de tâches mais qui ne sont jamais pareilles les unes des autres. Je travaille dans leur boucherie qui se trouve dans le Château. J’y fait les paquets de viandes de saucisses, de burgers. Ensuite je travaille à la ferme où la je nourris et surveille les animaux. Je tond les moutons et les "alpaca". Ce sont des lama mais en plus petit. Je fais aussi des tâches plus pour le Château donc m’occuper du jardin, de la pelouse et en se moment c’est la moisson. Pour le foin, vu que je ne peux conduire les tracteurs, je travaille en boucherie.
Voilà en gros ce que je fais ici avec une famille chaleureuse et très agréable et pas si différente des français comme je m’y attendais.

- Clémence - Angleterre - Préservation des races locales, verger conservatoire en pommiers et poirier à poiré. Transformation fromagère. Tomme au poiré. 2011.

Je vais bien, je me suis bien adaptée au nouveau mode de vie. Le travail que je fais, principalement le cheesemaking est trés interressant. Le personnel qui m’entoure est trés gentil. Le contrat signé est respecté.

- 

Jennifer - Australie - Production laitière - 2011.

L’expérience de Jennifer en Australie a suscité un article intéressant. Voici sa dernière correspondance, obtenant quelque part une reconnaissance de son expérience internationale en Australie : "J’ ai obtenu le poste de conseiller au contrôle laitier. j’ ai un CDD d’un 1 an et par la suite je peux obtenir un CDI. Je suis super contente. Je commence le travail le 22 aout. Du coup, j’ organise mon retour pour début août .
Ici, tout se passe bien, ma famille est génial. je pense que ça faire être dur de partir."

Je travaille avec eux sur le management afin d’améliorer leurs exploitations.

- Cynthia - Pays de Galle - Transformation fromagère et étude de projet - 2011.

Je vous écris actuellement du Pays de Galle. Je suis arrivée à mon lieu de stage. J’ai pris finalement l’Eurostar et un deuxième train que j’avais réservé sur internet pour le Pays de Galle à partir de "London Paddington station". La famille est vraiment accueillante. Cela me motive à améliorer mon niveau d’anglais. Je n’hésite pas à parler à table et à écouter les conversations qui parfois sont très amusantes.

J’ai déjà pu prendre connaissance du travail que j’aurais à faire dans les prochains jours. Cela m’intéresse beaucoup ! A partir de lundi prochain, je commencerai la fabrication d’un fromage dit " fromage Bleu" qui ressemble fortement au Roquefort mais en moins salé. Puis demain, j’aiderai la famille à vendre leur production de fromages dans les marchés avoisinants. Enfin dimanche, je participerai à un festival. Cela me permettra d’aider le fils du directeur à vendre les produits régionaux que l’entreprise fabriquent. Cela fait maintenant deux jours que je suis arrivée, je m’aperçois pas du temps qui passe ! Je pense qu’à la fin de mon stage, le process de fabrication du fromage n’aura plus de secret pour moi. Je vais faire tout mon possible pour cela !

- Arnaud - Ecosse - Brebis laitière et transformation - 2011

Tout se passe bien. Le second agnelage est maintenant fini, et si l’on ne chôme pas, on a quand même levé le pied .
On a pas mal de lait donc la fromagerie tourne à plein régime. Mes employeurs et mes collègues sont on ne peut plus agréables .
L’Ecosse est vraiment un très beau pays très varié, entre la montagne et la mer. On a le choix (si j’ai skié cet hiver, je ne pense pas me baigner cet été, l’eau n’est pas vraiment tentante).

Compte rendu

Quant aux écossais, ils se demandent s’ils veulent être independants ou non . Il semble bien que l’idée fasse son chemin.
Finalement, j’ai juste un petit regret de ne pas monter en alpage cette année (l’été approche), mais je le savais avant de partir et il faudra bien faire sans.

- Clément - Suède - Production laitière - 2011

Cela fait maintenant 3 semaines que j’évolue au sein de cette exploitation
et de cette famille et les choses se passe plutôt bien.
Mon intégration est plutôt réussie d’autant que je passe énormément de temps
avec l’ensemble de la famille (7 personnes au total) ;
En ce moment on est dans la fin des semis d’orge et de maïs, le temps fait le yo-yo
Entre 4°C et de la neige et 20°C avec plein soleil mais je m’acclimate plutôt bien.
Je m’occupe aussi désormais seul du troupeau lait.

- Benoît - Australie - Semis de céréales en semis direct - 2011

Mon exploitation compte 3000 ha de culture répartie entre 600 ha de colza (semé), 300 ha de lupin (semé), 1400 ha de blé (en cours de semis) et orge.
Tout est en semis direct ce qui m’intéresse beaucoup et mon maître de stage travaille beaucoup avec un agronome sur la vie du sol. Il est également un grand bricoleur avec un atelier en or equipé comme pas beaucoup. Il emploie un soudeur de métier qui y travaille depuis 1 an et demi et son gars également sur l’exploitation pour le moment qui lui aussi a fait des études de mécanique. Je suis à semer quasiment tous les jours avec GPS et tout ce qui va avec. Je fais des heures correct environs 9 à 10 h en moyenne par jour (même si je voudrai plus mais ils veulent pas trop). Je suis très bien logé et nourrit dans la famille. Donc pour moi tout va bien quasiment reste plus qu’à améliorer l’anglais qui vient doucement ! Avec leur accent ce n’est pas évident mais cela va nettement mieux et je m’améliore nettement aussi.

- Jérome - Australie - Céréales 2011.

Jérome après une progression linguistique attendue et avec réussite a gagné la confiance de ces hôtes. Félicitation. Il nous livre par 2 témoignages vidéo la dynamique des chantiers de moisson : video 1

video 2

- Anthony - USA - Production porcine 2010

Mon intégration se passe bien, j’ai toujours des difficultés avec l’anglais mais je me sent quand même un peu plus à l’aise ! Au niveau de l’équipe je suis également bien intégré. Tous les collègues sont agréables et n’hésitent pas à m’aider pour progresser. Je viens seulement de faire ma demande pour un numéro de sécurité social qui est indispensable pour faire quoi que ce soit aux USA. Par conséquent, je doit encore attendre environ deux semaines avant de pouvoir ouvrir un compte bancaire et acheter une voiture. Mais la compagnie m’épaule bien pour toutes ces démarches administratives.

- Paul - Australie - viticulture 2010

Le job de taille de la vigne est très intéressant à

brume dans le vignoble

apprendre et assez physique et technique. L’endroit où je vis est très
bien, je m’entends parfaitement avec le care taker et Arnaud. Tony et
Felicity qui viennent de temps en temps sur la propriété sont vraiment
charmants. Nous avons ouvert un compte en banque à la NAB pour qu’on puisse y recevoir notre paye chaque semaine.

- Rémi - Nouvelle Zélande - ovins 2010

Tout ce passe bien ici pour moi. Je suis actuellement en plein agnelage, mais les 12 heures de travail par jour ne sont pas trop pénibles (le travail consiste surtout à surveiller). J’apprend donc beaucoup, surtout pour identifier les problèmes éventuels sur les agneaux.

La famille est accueillante. le seul problème éventuel étant ma difficulté à comprendre leurs terribles accents. De ce côte, au bout de presque un mois maintenant, ça commence à aller mieux.

- Frédérique - Irlande - Exploitation laitière + Bed and breakfast - 2010

Tout va très bien. La famille est vraiment très
gentille. J’ai encore quelques difficultés pour les comprendre, surtout
lorsqu’ils parlent vite.
L’activité Bed & Breakfast me permet de discuter avec d’autres personnes et je
suis occupée pour la journée avec toutes les tâches ménagères. Je participe
également à la traite comme je l’avais demandé.

- Samuel - USA - Viticulture 2010.

Tout se passe bien pour moi ici, ma famille d’accueil est vraiment formidable avec moi.
Je vais aller fêter the 4th of july à Washington DC, donc c’est plutôt cool.
Sinon, il y a vraiment beaucoup de travail, car étant une nouvelle exploitation viticole il y a à faire entre les nouvelles vignes ( installation du palissage, etc) et les vignes plus âgées auxquelles nous devons nettoyer les troncs, vendanger en vert, etc. Donc pas mal de travail. De plus depuis, mai, le domaine est officiellement ouvert au public et nous avons participé à plusieurs wine festivals, donc souvent busy les weekends aussi.

- Laura - USA - Chèvres avec transformation fromagère - 2010

Pour moi tout va bien, je ne maitrise pas encore la langue et c’est un peu difficile d’apprendre. Mais j’arrive à me faire comprendre, c’est que je dois être dans la bonne voie.

Voici une journée type :

Je commence à 5h par l’alimentation des chevreaux, ensuite je prépare la salle de traite et je commence à traire à 6h-6h30. J’ai 3h30 de traite. cela est un peu long. Il y a 350 chèvres qui y passent. Pour finir ma journée, j’aide les autres personnes à finir leurs travaux, comme nettoyer la salle de traite, pailler ou entretenir la propreté du bâtiment.
A 12h, je redonne à boire à mes chevreaux et à 17h je reprend pour donner une dernière fois à boire aux biquets.

Je pense avoir beaucoup appris les 2 premières semaines, et puis maintenant que je commence à connaitre l’organisation de la ferme, je n’apprend plus grand chose. Par conséquent, je m`amuse à faire des comparaisons sur la production sur les trois dernières années. Cela est intérressant. C’est un vétérinaire de formation qui est le responsable de la chèvrerie. Aux niveaux des maladies, j’en apprends pas mal. Je pensais que les exploitations américaines étaient plus developpées que les nôtres.

Puis une autre correspondance...
Pour l’anglais ça va de mieux en mieux. Faire les marchés m’aide beaucoup.
Autrement, je suis un peu fatiguée, on fait 60 à 70h par semaine. L’organisation de la semaine change pour moi, je suis passée manager, si je puis dire. J’ai toutes les responsabilités maintenant. Les deux semaines passées, je devais former un nouvel employé à traire les chèvres et lui enseigner le travail que l’on fait ici. Puis, je m’occupe de la reproduction, on utilise des hormones et j’en apprends tous les jours.

Et encore...

Il faut toujours persévérer...tout vient à point à qui sait attendre !

Je me plais de mieux en mieux...et je commence à m’amuser avec le travail. Bien que les 70h par semaine me fatiguent. Judith Schad me laisse réorganiser sa chèvrerie, parce que pour l’instant, ici on ne peut rien contrôler, il n’y a pas de ration....donc des chèvres de gabari de toutes tailles...et on n’utilise pas tout son potentiel génétique. Alors voilà, je lui ai proposé un nouveau système, et il est vrai qu’elle est conquise. Donc on verra par la suite si j’arrive à remplir le tank (400gallons) en deux traites ou non !!!

- Antoine - Australie, stage en viticulture - été 2010

Je viens vous donner

vignoble

quelques nouvelles d’Australie où je me suis installé. La famille est super sympa. Il y a pleins de choses à faire et ce pays est juste amazing. Je comprend Nadia ! Je travaille dûr pour que l’on m’apprécie et pour donner une bonne image de la France et d’Odyssée Agri et je pense que ça marche. Merci pour cette perle que vous m’avez trouvé.

- Guillaume - Québec en exploitation laitière - 2010

Etable guillaume

Je profite d’un peu de mon temps pour vous donner des nouvelles d’ici. 2 mois vont bientôt s’être écoulés au Québec et je résiste. Plus sérieusement, je veux dire que j’ai vraiment été très bien accueilli par la famille. Sur l’exploitation, le travail ne manque pas et j’ai terminé de prendre mes marques. Je fais vraiment parti de l’équipe maintenant. Mes journées sont bien remplies et je participe à toutes sortes de tâches. Ca me plait beaucoup et j’apprend énormément. A part cela, le blé et l’orge sont semés depuis bientôt 3 semaines et nous avons commencé le maïs la semaine dernière mais la météo est capricieuse et les changements climatiques brutales.

Je travaille un week end sur deux, ce qui me permet de bouger un peu.

Course à Quebec

Je suis pour l’instant tout seul mais les associés sur l’exploitation vont se renseigner auprès de l’UPA pour savoir si il n’y a pas d’autres stagiaires français dans le secteur. Le week end dernier, j’ai loué une voiture pour monter à Québec et courrir le semi-marathon de Québec. C’était super et j’ai pu visiter un peu avec des amis québecois rencontrés en France l’année dernière.

Guillaume.
Attesté Normand d’adoption
Pilote d’hydraucart
Récoltant d’eau d’érable
Spéologue sur silo tour
Importateur du SAV au Québec
Maïeuticien pour vache

- Stéphane - USA - production de semences - 2010

Pour moi, tout se déroule comme je l’espère. Je pense que mon patron est également très content et l’entente est très bonne avec les employés.

L’entreprise pour laquelle je travaille m’a fait très rapidement confiance et m’a donné l’opportunité d’évoluer vite. Actuellement, j’ai mon bureau et j’ai aussi la charge de la création de toutes les cartes d’implantation pour la mise en culture des essais betteraves.

Nous avons 78 locations différentes ce qui procure beaucoup de travail. J’ai la responsabilité de rentrer les données, les interventions sur les parcelles (engrais, pesticide…). Je prends part à commenter la conduite des cultures avec les techniciens avec qui je travaille. Ils me donnent un bon coup de main et j’ai beaucoup à apprendre dans ce secteur. De plus en anglais, ce n’est pas toujours évident.

Je suis impliqué dans les parcelles pour la fertilisation et pulvérisation. Le monde de la recherche est parfois compliqué à comprendre car cela est complètement différent des pratiques agricoles rencontrées dans une exploitation étant donné la taille réduite des parcelles.

Les projets de mon patron sont de m’affecter en Arizona en août avec 3 techniciens pour semer et suivre l’évolution des pépinières et de préparer toute la production pour replanter l’année prochaine dans l’Idaho. Je suis très impatient à l’idée de participer à ce projet. Mon patron a envoyé mon CV en France pour me faire connaître. Cela ne veut pas dire que j’aurai un emploi à mon retour. Je croise les doigts. Je resterai peut-être aussi plus longtemps.

Pour ce qui est de ma vie personnelle, j’ai mon appartement en co-location avec un allemand qui a un doctorat en agriculture avec qui je m’entends très bien. Nous avons acheté une voiture ensemble et régulièrement, nous partons le dimanche au ski, rodéo et activités variés. Pas le temps de s’ennuyer…

Mon village est minuscule peuplé de 3000 habitants en plein milieu du désert. Tous près se trouve un immense canyon de 300 mètres de haut. Il est utilisé l’eau du canyon pour l’irrigation des productions de la région (céréales, pommes de terre, betteraves, lait et viandes bovines). J’ai d’ailleurs visité avec mon patron la troisième plus grosse ferme productrice de lait des USA soit 16 000 VL. Surdimensionné !

Rentré en France en février 2011 et son CV bien renforcé, Stéphane a trouvé un poste à responsabilité dans une entreprise de semence avec une formation prise encharge. Bonne chance à lui.

- Caroline - Ecosse en brebis laitières - 2009

Tout ce passe très bien ici, on a même le soleil. J’ai eu le temps de visiter un peu ce très beau pays et le travail sur la ferme me plais beaucoup ! on m’a attribué la traite du soir des brebis et j’ais appris beaucoup de choses sur les fonctionnements de la ferme (les croisements de races de vaches par exemple, ce qui complète bien ma formation scolaire agricole).
Merci de m’avoir trouvé un stage pareil les gens sont vraiment très sympathiques.

- Samuel - Afrique du Sud en ferme d’autruches - 2009

Un petit bonjour Une main d'oeuvre importante avec ce paysage magnifique, ces gens si accueillants et un dépaysement total. Je suis tres bien tombé. Je ne pouvais pas mieux demander, 35 ouvriers ( noirs ) qui ne cherchent que je passe un merveilleux séjour et qu’ils font tout pour moi et pour me faire découvrir leurs petits trucs de l’Afrique du Sud que personne n’a sans doute vu ou imaginé.
J’ai tellement de choses à dire que je ne sais pas par quoi commencer.
200 autruches pour 10 hectares et 35 ouvriers et moi le p’tit "Frenchi "
Entre les courses d’autruches, le travail avec les ouvriers ou les grands moments de libertés et de dialogues avec les "Africains" sont les meilleurs moments que je passe.
Je vous remercie sincèrement

- Alexandre - Québec en exploitation laitière - 2009

Je suis toujours au canada et je vais toujours très bien ! voilà maintenant 2 mois et demie Des bâtiments d'élevage lumineux de passé et mon niveau d’anglais s’est nettement amélioré ! le travail est intérresant malgré qu’au bout de deux mois et demie, la routine s’installe ! J’ai trouvé une exploitation en complément chez un ami à mon patron ce qui me permet d’etre plus occupé, d’enrichir mon portefeuille, et de travailler un peu au suivi des cultures ! Dans cette deuxieme ferme il y à 120 vaches à traire 3 fois par jours et environ 600 ha de terres avec blé maïs et beaucoup d’herbe pour le foin et l’ensilage ! nous nous sommes retrouvés pluisieurs fois avec les collegues et nous avons pu aller visiter montréal et ses alentours ! Normalement, début juillet nous nous sommes mis d’accord afin de prendre deux semaines de vacances pour visiter le pays et aller visiter aussi new york !

- Antoine - Australie en céréales - 2008 - 2009

Je m’excuse de ne pas vous avoir donné de news avant, mais je n’ai pas vraiment eu le temps. Mise en andain du colza on a pas mal de boulot ici ,nous avons fini le swathing (canola et un peu de barley) , 11 000 ha à 3 swathers, pour 6 personnes , on tournait 24h /24, c’est sympa comme boulot, mise a part quand il y a de la casse ! malheureusement je ne suis pas un très bon mécano ! J’ai un peu galeré avec l’anglais au début , mais de semaine en semaine , ça va de mieux en mieux. Dans la team harvest, avec moi, il y avait 3 irlandais, 1 australien et michael le boss, au début nous avons commencé le swathing à Geralton ( 600 km au nord de perth ) pour ensuite redescendre en fonction de la maturité du colza, on a fini mi novembre les colza à rocky gully ( 400 km au sud de perth) pour ensuite attaquer le swathing d’orge dans cette même région. L’australien et 2 irlandais sont repartis, il reste l’irlandais (Brian) et moi pour faire la moisson a Toodyay , nous avons commencé les colza il y a 15 jours et normalement on fini demain le colza (900 ha). Et oui, cette moisson traine un peu il y a eu pas mal de pluie la semaine dernière. Nous avons du arrêter à plusieurs reprises. J’en ai donc profité pour aller avec l irlandais à albany sur 2 jours , des paysages grandioses, un contraste entre terre , mer et un genre de montagne , vraiment magique, ne parlons pas du sable et de leau (bleu turquoise et sable blanc). Ca ne vaut pas nos plages du nord de France ! L’ambiance est bonne. Je fais un peu le tour de l’Australie , pour ensuite revenir au mois de mars faire les semis

- Rémi - Angleterre en horticulture - 2009

Mon anglais reste fouilli, mais je fais de gros progrès, ça etonne tout mon entourage d’ailleurs, j’apprend vite selon eux.
Je suis vraiment content d’être tombé à Nymans, j’ai entendu dire que le jardin est dans le top five des jardins d’Angleterre, c’est un grand honneur que j’ai du mal à réaliser.

Le travail est très varié, mais c’est essentiellement de l’entretien, ça ne me déplait pas, je découvre de nouvelles techniques de travail, c’est très intéressant.

Il manque plus que les sorties et ce séjour en Angeterre sera inoubliable, j’en suis quasi-certain, " travelling broadens the mind". Je pense dejà, pour mon avenir à faire d’autres voyages.

Autre correspondance :

J’entame le dernier mois et les choses évoluent en permanence, ce qui est très bénéfique. On a acceuilli une française, ce qui fait trois personnes au cottage, les soirées commencent à s’animer dans le pâtelin de Handcross !

Cette expérience est une vraie réussite, j’ai beaucoup progressé en anglais, j’ai appris d’innombrables choses incontournables dans le travail, et la réciprocité est excellente ...

Pour dire, je voudrais déjà ressigner pour rester plus longtemps, mais beaucoup de projets m’attendent en France, la reprise des études entre autre, ainsi que d’autres projets qui me tiennent à coeur...

Tout se passe pour le mieux ici

- Mathieu - USA en Viti-Oeno - USA 2008 et 2009

Tout va très bien ! J’ai été accueilli royalement ( on me prête un appartement, une voiture, un téléphone portable et même un laptop avec internet, que demander de plus ?). Les gens sont adorables et le domaine est superbe. Beaucoup de travail cependant pour remettre le vignoble en état mais ce n’est pas pour me déplaire.

Le pays est magnifique, montagnes et rivières. J’ai eu un week end pour aller faire une rando dans le parc national de la shenandoah ! wouaw ! superbe !

- Victor - Stage en céréales et en TCS - USA 2008

Ca se passe toujours bien, je suis maintenant bien intégré à l’équipe de travail. On est en période creuse en ce moment en attendant la moisson qui devrait commencer fin juin/début juillet. On est dans le désherbage des maïs (à deux automoteurs de pulvé) et dans la maintenance de l’irrigation encore et toujours. Toute expérience est bonne à prendre mais là l’irrigation ça me saoule un peu, vivement qu’on se mette à aménager la nouvel atelier (énorme le semoir à maïs 24rang tient dedans déplié !) ça va changer.
Les "à côtés" du boulot sont assez tranquilles, on va golfer de temps en temps, et le weekend passe vite même si il n’y a rien à faire à Colby. C’est pourtant une ville de 2000hab qui draine beaucoup de monde des campagnes alentours.

- Julie - Stage en viticulture-oenologie - Nouvelle Zélande 2008.

Mes 2 premiers mois se sont tres bien passes. J’ai travaille 1 mois dans le vignoble puis j’ai commence a COWCO mi fevrier. Mes WE sont bien occupés. J’ai dejà fais pas mal de visites et c’est vraiment un pays superbe.

- François de Belgique - Stage en production laitière - Nouvelle Zélande 2008 - 2009

Tout se passe toujours très bien ici. Les deux dernières semaines ont été assez fatiguantes, surtout par la météo froide et très humide. Mais maintenant, cela s’améliore, plus besoin de polaire et de bonnet pour travailler (j’ai même pu mettre un short sous ma salopette...). Actuellement, Il reste 30 vaches à vêler (la cadence des vélages et le nombre de veaux a assez diminué, ce qui diminue très fort la charge de travail... ça fait du bien). Aujourd’hui matin, on a trait 598 vaches + 40 colostrums...

Aujourd’hui, l’entrepreneur agricole est venu pour préparer les terres pour le semis d’orge ensilage, et dans la semaine, si le temps le permet, on espère pouvoir faire quelques balles de silos...
Mes taches quotidiennes sont toujours, la traite, le nourrissage des veaux, nettoyage, réparations, soins aux animaux, clotures....

J’avais congé ce week-end (V-S-D)... Ca a fait du bien... Paysage près de Dunedin vendredi matin, je suis allé faire quelques courses à Invercargill, et ensuite j’ai roulé jusqu’au port de Bluff. La j’y ai visité un petit musee maritime concernant les bateaux de ravitaillement de l’ile Stewart ainsi que les pêcheurs de coquilles. Ensuite, j`ai été voir "Stirling Point", le debut de la "Highway 1", qui part du nord vers le sud de la NZ. J’en ai profité pour prendre en photo les écritaux assez connus... De là, j’ai marche au pied de Bluff Hill, à flanc de la colline le long de l’océan, qui etait assez enragé avec énormement de vent (Par moment, je ne savais plus avancer contre le vent, ni tenir mon appareil photo assez immobile pour prendre une photo correcte, je crois que je n’ai jamais "vécu " autant de vent.) pour arriver au sud ouest de cette colline. C`etait magnifique(-ment venteux ;-) De la j’ai pris le sentier menant au sommet a travers de la "Native forest" Assez interessant... Du sommet, la vue est assez impressionnante, malgré la mauvaise visibilité qu’il y avait.

- Maxime (BTS Aménagement Paysager)
Angleterre 2008.

La période de stage s’est très bien déroulée aussi bien dans la famille que dans le parc. J’ai été amené à faire de la taille, du désherbage, du rempotage en serre...
J’ai été très intérressé car c’est différent de ce que je fais en entreprise et cela m’a permis une ouverture d’esprit. Le vendredi n’étant pas travaillé, j’ai pu découvrir la Cornouaille pendant plusieurs jours, la région est très belle. Je vous remercie pour votre aide, je ne pouvais pas tomber mieux.

Avant de repartir sur leur destination, les candidats peuvent séjourner quelque temps dans les villes qui malgré les apparences ont de grands espaces...

- Inaki - Expérience dans la transformation fromagère en Irlande - 2008

Fils de paysans en Pays Basque, je projette de m’installer sur la ferme familiale à Gamarthe. Depuis l’été dernier, je sillonne des pays et vis des expériences agricoles, avant de me fixer sur ma ferme. Ainsi, après plusieurs mois de périple en vélo et 3 mois de stage en Norvège, je passe 2 mois sur une ferme laitière en Irlande.
J’ai naturellement et consciemment sollicité l’aide d’Odyssée Agri pour trouver une ferme en Irlande. A l’origine, intéressé par ce pays pour approfondir mon anglais, j’avais peu d’espoir de trouver une ferme répondant completement à mes attentes vis a vis de mon futur projet agricole : une ferme laitière familiale avec transformation du lait.
Ces ateliers sont peu presents en Irlande. Or, par bonheur, notre appel est arrivé jusqu’à la boite mails de la famille Kelly et a reçu une réponse favorable. Ainsi, depuis début février, je suis sur cette ferme en polyculture élevage, composée de 45 ha de prairies et d’un troupeau de 30 vaches laitières, pour un quotas de 160 000 litres. 30% de la production laitière est transformé en fromages frais (avec 4 arômes : tomates deshidratées et olives, orties et ciboulettes, mélange de poivres et nature), en yaourts (5 arômes : vanille, pêche, fraise, fruits de la forêt et nature) et yaourts à boire. Pour le marché local hebdomadaire, du beurre et de la crème fraîche sont également préparés.
L’ensemble de la ferme (production et transformation) est en agriculture biologique et autant que possible mené suivant les indications du calendrier lunaire de Maria Thun (biodynamie). Vous comprendrez facilement combien cette ferme m’est enrichissante et utile (et bien au delà de mon pauvre anglais...). Mais, le point fort de ce temps ici réside également dans l’échange des connaissances. En effet, désireux de toujours plus diversifier leur gamme de produits, j’ai pu leur transmettre mon savoir faire dans la fabrication de tomme à pâte pressée. Ainsi, actuellement, plusieurs pavés de fromages s’affinent doucement, en attente d’être commercialisé.
A l’heure où j’écris ces lignes, ma dernière semaine ici approche à grand pas. Loin de m’ennuyer, je dois terminer mon stage d’installation. Je me retrouverai bientôt sur la même ferme où le fils Kelly a effectué ses stages... en Nouvelle Zelande. Comme quoi, les connaissances entraînent d’autres connaissances...

- Laure - Eclaicissage de pommiers en Australie 2008 - 2009

Je ne regrette pas du tout mon choix, les 17 heures d’avion valaient bien ce que je suis en train de vivre en ce moment. Pour le moment, je ne peux pas trop voyager. Je reste pour économiser pour la suite. Mais je me plais ici. Les gens qui travaillent et vivent avec moi sont vraiment supers. La séparation va être dure. Je profite de tous ces moments avec eux. On parle beaucoup de nos projets et, pour les plus anciens de leurs voyages. Ils nous conseillent sur les destinations, les bons plans.... Tout le monde ici est ouvert, enthousiaste et le sourire est de rigueur. Je me ressource malgré le travail parfois un peu difficile dans les pommiers. C’est une autre vie.
Je pense dejà à renouveler mon visa. Je vais donc essayer au plus vite de travailler 3 mois dans le fruit picking. Mon anglais s’améliore, je suis contente, et je decouvre le chinois !
Voilà pour le moment, tout est positif. J’ai hâte de voir ce qui m’attend encore...

- Xavier - Taille de Vigne en Australie 2008

Ici tout va bien, nous avons fait une semaine de travail et tout le monde a la peche !


Eddy - Taille de vigne en Australie 2008

Tout s’est bien passe jusqu’ici, j’envisage de bientot quitter Carnarvon en direction du nord, le pays vaut réellement le detour et la vie est plus qu’agréable.
En ce qui concerne le travail tout se passe bien dans l’ensemble, et cela m’a permis d’economiser un peu pour la suite de mon voyage.

- Thibaut - Taille de la vigne en Australie 2008.

J’ai pu travailler vite et je renfloue donc mon portefeuille pour pouvoir voyager un peu sur la côte Ouest. Les gens sont très accueillants et mon anglais a fait de gros progrès. L’Australie est un pays formidable pour le peu que j’en ai vu.

- Camille - cheval Australie 2008

Carnarvon est tres jolie mais il me tarde de monter vers le nord il parait que les paysages y sont plus beaux et in the summer time j’envisage la Tasmanie !! merci de m’avoir motivee a partir !!!

Auberges de jeunesse - mobilité et séjours linguistiques

- Léa - Bed and Breakfast et Pub dans un petit village en Irlande - 2011

Le stage s’est très bien passé, même si j’ai été un peu déçue qu’il n’y ai pas eu de musique dans ce pub. J’ai fait un peu de tout comme travail : mais principalement de la plonge et du service. vers la fin il m’arrivait de préparer les plats simples, comme les soupes ou les salades. Je me suis occupées juste une fois de nettoyer les chambres.
J’ai du avoir environ 150 euros d’argent de poche, pour mes visites. Comme je prenais l’avion à Cork, je suis partie un jour plus tôt du pub pour visiter un peu et j’ai dormis dans une auberge de jeunesse qu’ils m’ont aidé à réserver. Là-bas, j’ai rencontré une espagnole avec qui j’ai passé l’après-midi et la soirée, on s’est quittées le lendemain matin.
J’ai beaucoup aimé travaillé là-bas, parce que les gens sont super sympa, et il y avait une bonne ambiance dans les cuisines. J’étais "leur" française, et dès qu’ils pensaient que des gens étaient français, ils m’envoyaient porter les plats, ce qui arrivait assez souvent ! ! ! On a pas idée du nombre de français qui vont en Irlande chaque année ! ! ! En plus maintenant, mon anglais est assez bon, j’arrive à suivre une conversation tant qu’elle n’est pas trop trop compliquée et je parle beaucoup mieux, même si je ne sais pas si ça va me servir dans l’immédiat, parce que cette année, les cours d’anglais sont sur internet ! ! Mais je vais essayer de regarder un maximum de films en anglais pour essayer de maintenir mon niveau !

- Antoine - Irlande - Bed and Breakfast et restaurant - 2010

Voici une expérience qui a été décisive dans un domaine encore différent.

Désolé de vous écrire avec tant de retard mais cela m’a fait prendre d’avantage de recul. Je voulais vous remercier vraiment de l’expérience que vous m’avez permis de vivre. J’ai avancé sur le plan professionnel comme sur le plan individuel. La cuisine, c’est ce que je suis à présent sûr de vouloir faire . Même si cela a été dur au départ, j’ai avancé sur le plan individuel. Les personnes de la famille y sont pour quelque chose. C’était vraiment formidable. J’ai découvert une parcelle d’un pays que je n’avais jamais eu envie de visiter avec des paysages et une culture très vivante.
Connor et moi avons fait pas mal d’activités , et même avec le chef que j’ai vraiment adoré.
Bronna m’a faite rencontrer ses amis et le courant est vite passé .

Merci, grâce à ce stage , j’ai pu surtout pousser mes limites et cela est le plus important .

- Lise - Irlande - Bed and Breakfast - 2010

Mon séjour en irlande en août s’est très bien passé ! J’ai fait beaucoup de rencontres, des personnes de tous les âges et du monde entier (allemands, italiens,canadiens, français, anglais, et ...irlandais aussi bien sûr !) En conclusion, dur dur le retour en france, et à la fac !

La seule difficultée a été la transition entre l’Angleterre dans une famille (cela s’est très très bien passé, et ils m’aidaient à m’intégrer) à une situation de travail, ou c’était à moi de m’intégrer toute seule... J’ai mis quelques jours à trouver mes repères. Mais une fois que je les ai trouvés, tout s’est bien passé ! Ann et sa famille sont très agréables, et l’ambiance B&B m’a beaucoup plu. D’autant plus qu’il y avait beaucoup de jeunes du centre equestre Slieve Aughty à y séjourner.

En bref : un été que je ne suis pas prête d’oublier !!

- Sophie - Pays de Galles - Bed and Breakfast - 2010.

Ici tout va pour le mieux. La famille est vraiment adorable, merci encore ! J’ai plus l’impression d’être en vacances que de travailler. Je suis déjà allée à Cardiff, à Swansea et à Bristol avec eux. Sinon j’ai fait quelques balades en vélo dans le coin et le bord de mer est vraiment magnifique : il n’existe rien de tel en France !
Il y a deux filles de mon âge dans la famille, donc c’est assez sympa et en plus c’était l’anniversaire de la plus jeune hier donc on a fait la fête !!!

Je m’occupe surtout de tenir la maison (lessive, vaisselle, repassage, ménage) et je suis aussi allée aider Gaina au bed and breakfast. Globalement, c’est plutôt tranquille.

2ème correspondance
Je profite d’être au pays de Galles pour visiter le coin (swansea, porthcawl, cardiff, bristol...)
je suis allée au Royal Welsh Show, ce qui était vraiment une expérience incroyable. Je ne pensais pas qu’il existait en Europe un évènement aussi important, centré uniquement sur l’agriculture ! Des chevaux venaient même de Nouvelle Zélande pour l’occasion...

Sinon, j’ai monté les chevaux de la famille dans la réserve naturelle située à coté de pyle, en bord de mer. Un vrai petit coin de paradis pour ceux qui aiment la mer et les chevaux comme moi !!!

Et puis il y a pas mal de passage dans la maison, ce qui permet de rencontrer des gens

Enfin bref, merci encore de m’avoir permis de vivre cette expérience à l’étranger. Grace à vous j’ai rencontré des gens formidables avec qui j’espère garder le contact

- Younalyne - placement auberge de jeunesse en Ecosse 2008

Les nouvelles sont tres bonnes ici, et le temps n’est pas trop mauvais...
C’est un petit hotel tres sympathique, la proprietaire est partie en vacances juste au moment ou j’arrivais, mais elle est vraiment tres sympathique aussi, et energie et bonne humeur sont tous les jours au rendez-vous.
Le travail n’est pas désagreable, les autres jeunes de l’equipe de l’hotel (un americain de Washington, une canadienne, et Romain le francais de Bordeau) sont sympas, le village est petit et calme, mais il y a tellement de passage a l’hotel qu’on n’a pas le temps de s’ennuyer...
Le bain linguistique est excellent aussi...
Il y a beaucoup de ballades a faire, et j’espere avoir le temps d’aller aux iles de Skye et peut-etre aux iles Orkney...

- Valentin - Auberge de jeunesse en Irlande - 2009

Mon voyage a été super,
ce fut une incroyable et improbable expérience et se retrouver dans un petit village de 250 habitants où tous les habitants sont plus chaleureux les uns que les autres. les 2-3 premières semaines ont étés difficiles car le village était vide. Mais la fin du voyage fut riche en rebondissement, entre le festival durant lequel nous avons travaillé comme des dingues (en contraste total avec le début du voyage qui fut plat...) et pendant lequel j’ai pu enfin parler anglais et rencontrer des gens. Mais aussi la semaine suivante où sont arrivés 33 jeunes écossais tout aussi chaleureux et ouverts que les irlandais avec lesquels j’ai passé de très bon moment dont je pense, je me souviendrais toute ma vie.

Malheureusement, la fin du voyage est arrivé trop vite tant pour mon anglais que pour moi même car les gens sont merveilleux et très attachant.

je tiens a vous remercier pour ce placement qui fut une solution exeptionnelle pour découvrir un pays et une culture à moindre frais.

- Yann - Auberge de jeunesse en Ecosse - 2009

Je comptais
justement vous faire un bref rapport de comment s’est déroulé ma première semaine. Tout se passe bien pour moi. wendy est venue me chercher à l’aéroport. J’ai été très bien accueilli et très rapidement intégré. J’ai ainsi pu en une semaine récolter les informations nécessaires pour faire un travail égal aux autres jeunes travaillant avec moi. Je fais même du très bon travail car wendy a décidé de m’augmenter étant donné mes capacités. L’endroit est vraiment très sympayhique quoique très calme mais la rencontre de jeunes écossais me permet de me divertir quelque peu. Donc même si à première vue, j’étais un peu éffrayé par le calme de la ville, je pense pouvoir participer à diverses activités pour me distraire (hier soir nous avons joué au foot avec les jeunes de la ville ce qui m’a permis de rencontrer encore d’autres personnes). Enfin mes tâches sont vraiment très variées, allant du ménage le matin à l’accueil l’après midi et en accompagnants les clients qui veulent sortir au pub le soir. Ainsi il n’y a pas de monotonie qui s’installe.

Autre correspondance :

Mon séjour se déroule très bien ! je rentre dimanche en france.

Ca a été vraiment très enrichissant et très intéressant et je ne peux que vous conseiller de garder les coordonnées de wendy et d’y envoyer d’autres personnes en stage.
je tiens a vous remercier particulièrement pour l’aide que vous avez pu apporter dans mon cursus scolaire en me mettant en contact avec wendy.

- Camille et Adrien - Auberge de jeunesse en Irlande - 2009

Notre séjour s’est très bien passé. Notre mois en Irlande nous a beaucoup plu, Richard (assistant de Ronan) nous a très bien accueilli. J’ai donc fais du ménage, environ 4h par jour même s’il est arrivé plusieurs fois de finir assez tard (manque de staff ou planning mal réparti). J’ai aussi fais de la réception (environ 7 jours et mon frère seulement 4). J’ai adoré la réception, je travaillais avec Richard (et parfois avec Ronan).

Nous avons rencontré d’autres jeunes staff. Cela nous a donc permis de parler quotidiennement en anglais. Nous nous sommes bien amusés. Nous avons pu visiter la région du Burren avec le bus.

Paysage du Connémara

J’ai aussi profité du Connemara durant 2 jours de congés. J’ai été hebergé gratuitement comme prévu.

Nous voyions Ronan environ 2 jours par semaine, son accent irlandais était au début très dur à comprendre !! Mais après un mois c’était mieux ! Mes parents et ma grand-mère sont venus nous chercher et sont restés dormir 2 nuits à l’auberge.

Nous avons ensuite sejournés une semaine dans le Connemara puis une semaine dans le Kerry. Le paysage est magnifique, il fait rêver. J’ai aussi beaucoup apprécié la gentillesse des Irlandais ! It’s was so nice !

Nous vous remercions pour ce bon contact qui nous a permis de découvrir une partie d’Irlande. Celui-ci nous servira peut-être à nouveau pour de prochaines vacances...

- Célia et Anaïs - Auberge de jeunesse en Irlande du Nord - 2009

5 semaines de bonheur…

Nous sommes deux lycéennes à avoir tenté l’aventure de partir en stage pendant 5 semaines à l’étranger. Notre destination fut l’Irlande du nord, plus précisément, Ballintoy, 200 habitants avec une belle vue sur Sheep Island.

Notre journée type était :

Auberge Irlande du Nord

de 10h30 à 14h00 : diverses tâches ménagères (réfection des lits libérés, repassage, aspirateur…)
de 14h00 à 17h00 : temps libre
de 17h00 à 20h00 : accueil des touristes + renseignements aux différentes questions des clients
après 20h00 : temps libre

Durant nos temps libres et jours de repos, nous avons pu visiter entre autres la distillerie de Whiskey de Bushmills, le centre commercial Victoria Square de Belfast, ainsi que la ville, notre dernière sortie fut à Giant’s Causeway, la Chaussée des Géants, que nous avons voulu parcourir malgré une météo défavorable !

Nos hôtes nous ont également proposé quelques distractions comme aller manger une glace à Portstewart, visiter Rathlin Island (l’île écossaise qui se trouve face à l’Irlande), une balade en bateau (où nous avons eu la chance d’apercevoir des dauphins !), la pêche, aller en boîte de nuit, etc…

Nous avions aussi quelques rituels, comme par exemple, tous les samedis soirs, le fils des Mc Shane nous emmenait manger une pizza à Ballycastle, de nombreuses soirées passées au pub…
Quelques démentis : la météo n’est pas si terrible, nous avons eu des jours de beau temps ; les irlandais ne sont pas tous roux, loin de là ; nous connaissons la raison de la réputation des français d’être malpolis, ceci parce que les anglais disent bonjour chaque fois qu’ils croisent quelqu’un, peu importe le nombre de fois !

Pour finir, nous tenons à remercier la famille Mc Shane, qui nous a accueillie, et sans qui tout cela n’aurait pas été possible.

titre documents joints

Camille, par ces quelques clichés nous fait partager son attachement aux beautés naturelles d’Australie...

semis de printemps

Après les rigueurs de l’hiver au Québec, ce sont les semis de printemps sur l’exploitation où se situe Guillaume

Cyril en pleine concentration pour réaliser la moisson en Australie. Odyssée Agri dispose aujourd’hui d’un bon réseau pour faire les moissons ou les semis pour des profils expérimentés en Australie, Canada, USA, Pologne, Roumanie, Danemark, etc...

En Pologne, Fabien réalise un comptage d’épis pour estimer les rendements de chaque variété. Des placements pour des stages agricoles rémunérés existent en Europe de l’Est comme en Russie, Roumanie, Hongrie.

Porcs en plein air aux USA avec vergers

Aux USA, Ludovic a découvert un système étonnant en agrobiologie combinant de l’élevage ambulant parmi les vergers. Ici, des porcs en plein air mais aussi la volaille, les moutons...

Stage en Brebis Laitière - Ecosse

Louis en stage de découverte en brebis laitière et transformation fromagère en Ecosse.